Inné et Acquis

Que fais-je de mes talents ?

le thème du café psycho du mercredi 3 décembre 2014 sera le prolongement du précédent. Voici quelques questions qui seront notre fil rouge mercredi. Quels sont les thèmes qui se sont représentés ce soir-là pour moi ? Qu’ai je fais de mes talents depuis 1 mois ? Quels questionnements me sont depuis apparus ?
Il semble bien que nous naissions avec certaines qualités, dons, aptitudes, orientations, goûts, parfois peut-on parler d’intelligence, de vocation, d’inclination, un penchant particulier, …

Aujourd’hui, puis-je me dire que j’ai incarné mes talents innés comme je l’imaginais quand j’étais enfant ? Quel était alors le soutien de mes proches pour mes talents ? Quand les ai-je lâchés (mes talents ou mes proches?) ? Comment ais-je composé avec les « Mais non ! Pas ça !… » de mon « entourage » ? Dit autrement : comment ai-je laissé s’incarner mon élan face aux obstacles ? Proposé encore différemment : quels talents ai-je développés au contact de ces vents contraires ?

Nous commencerons par un court expérientiel pour nous plonger dans ce thème de l’inné et de l’acquis dont je remercie Paul Boyesen pour la suggestion.


Voici une sélection, bien incomplète, de témoignages entendus lors de la soirée, reformulés pour ce blog :

  • Je n’arrive à trouver mes qualités qu’accompagné.
  • Conseil de lecture d’une des participantes : « Vous pouvez être ce que vous voulez être » – Paul Arden
  • Le dernier café psycho m’a positivement bousculée, j’ai passé aujourd’hui un entretien pour revenir à un métier que j’aime.
  • Je pratique de nouveau des activités artistiques qui m’étaient chères dans ma jeunesse.
  • Suite au dernier café psycho, j’ai écrit mes qualités et talents puis j’ai fait un travail d’intégration.
  • J’ai le talent de me lancer.
  • J’ai connu un changement brutal dans ma vie. Je me suis aperçu que j’avais certaines compétences au contact de la nouvelle situation jusqu’alors inconnue.
  • Enfant, le manque de considération pour mes qualités m’a fait mettre de côté l’exercice de mes talents.
  • Parfois, un père partage une activité qui le passionne avec son enfant. L’amour d’un parent pour son enfant, indicible avec des mots, passe dans cette activité-célébration et devient la plus puissante des transmissions.
  • J’étais fier de montrer à mon père les réalisations de mes talents. Ces mêmes talents me permettent toujours de m’épanouir.
  • On ne peut apprendre que ce que l’on connaît déjà.