La vacuité

Qui suis-je quand je ne fais rien ?

C’est la rentrée, le premier café psycho de la saison 2014-2015 approche. Après la période estivale où nous avons peut-être pris des vacances, vécu au ralenti, connu Paris presque calme au mois d’août, ou rencontré d’autres façons de vivre sous d’autres latitudes, la frénésie de la rentrée nous guette.

Les mots vacances et vacuité ont la même racine latine, signifiant : libre, inoccupé, vacant, vide, “absence de quelque chose”, …

Je vous propose de visiter ce vers quoi le vide, la vacuité, l’ennui nous ont amenés cet été, où à un autre moment. Le temps qui passe ? L’importance de certaines personnes pour nous ? De certains lieux ? De certaines activités ou inactivités? Projets ?… Des questions existentielles? Des sensations ? Des sentiments ?…

Quelle est mon expérience de la vacuité ? Comment je la vis ? Qu’est-ce que la vacuité pour moi ? De quoi je la remplis dès qu’elle apparaît ? De quoi me remplit-elle ?

Comme pour tous les cafés psycho à venir, nous commencerons cette rencontre par une courte expérience en lien avec le thème.

Faits saillants de la soirée :

  • Si il a le vide, alors arrive l’ennui et l’angoisse. C’est mon signal d’alarme.
  • L’opposé de la vacuité, c’est le néant.
  • Le contraire de la vacuité est le remplissage.
  • Quand il y a du vide apparaissent alors mes besoins.
  • La vacuité ma parle d’un manque affectif, d’un vide dans le cœur.
  • Faire le vide, c’est éliminer l’accessoire, sortir de l’hyperactivité, méditer, arriver à l’essentiel de ce que je suis.
  • Vacuité, oisiveté m’emmènent vers la question : quel sens donner à ma vie.

Le MBSR est un bon moyen d’explorer le vide pour trouver sa présence. Voici une bonne adresse pour vous accompagner dans ce chemin : http://pleineconscience-mbsr-paris-elisabethpetitlizop.fr. Elizabeth Petit-Lizop est analyste psycho organique.